Le masque

Premier responsable du déséquilibre de notre microbiote cutané pendant la pandémie ? Les masques. Portés toute la journée, ce sont de vraies usines à bactéries et nombre d’entre nous ont connu le phénomène du maskné – contraction des mots masque et acné – à savoir l’apparition de petits boutons sur la zone de port du masque.

À force de respirer et de parler sous le masque, on génère beaucoup d’humidité et de chaleur. Et la peau, pour compenser cette hyper humidité, a tendance à refabriquer du gras. C’est ce terrain qui favorise la prolifération de la bactérie cutibactérium acnes. Elle va alors pousser dans le gras vers la glande sébacée, provoquer l’inflammation et ainsi l’apparition de boutons, rougeurs et points noirs au niveau du nez.

Autre élément qui s’ajoute à la liste des désagréments liés au port du masque : les frottements répétitifs perturbent la structure épidermique et le tissu de cellulose provoque de la sécheresse. De nombreuses études font désormais état que le port du masque exacerbe le moindre petit désordre physiologique de la peau, que l’on soit atteint d’acné, de psoriasis ou de rosacée.

Le gel hydroalcoolique

Composés a minima de 65 % d’alcool, les gels hydroalcooliques nous accompagnent au quotidien pour limiter la propagation des virus. Avec la pandémie, leur utilisation a explosé. Problème : l’alcool est un très grand perturbateur pour notre microbiome. Il va détruire la barrière lipidique et donc dessécher la peau, malgré la présence d’actifs hydratants comme la glycérine.

Les mains deviennent alors très fragiles et sensibles, d’où la nécessité de préférer les nettoyages à l’eau et au savon, surgras de préférence. Et de toujours bien les réhydrater après le lavage avec une crème pour les mains hydratante.

Comment rétablir l’équilibre de notre microbiome cutané ? 

Mais s’il a été perturbé par la pandémie, il n’y a pas de raison de s’inquiéter pour notre microbiome. La peau n’a pas été perturbée au niveau génétique. Alors avec la levée du port du masque obligatoire, elle va enfin pouvoir retrouver toute sa biodiversité.

Pour retrouver un microbiome sain, il est préférable d’utiliser des produits lavants bien adaptés et des cosmétiques avec des pré/pro/postbiotiques. L’objectif ? Rééquilibrer les zones sèches et les zones grasses (puisque certaines zones sont à l’air libre tandis que d’autres sont masquées) avec des soins pour peaux mixtes.

Pour celles et ceux qui continuent à en porter malgré la fin du masque obligatoire, pensez aussi à bien changer votre masque à intervalles réguliers pour limiter la prolifération bactérienne. En cas de maskné, utilisez des actifs reconnus pour lutter contre les imperfections comme l’acide salicylique ou le bakuchiol, un dérivé du rétinol très favorable pour traiter et derrière reconstituer le microbiote. Aussi, essayez de sortir plus afin de réexposer la peau à divers environnements. Et, si l’envie vous reprend de faire la bise, sachez que votre microbiome vous remerciera. Les contacts de peau à peau favorisent la diversité du microbiome cutané et donc sa bonne santé.