Pourquoi et comment méditer en mangeant

37
Qu’est-ce que la pleine conscience ?

Notre société engendre beaucoup d’instabilité émotionnelle : stress, frustration, déprime, confusion, égoïsme, angoisse. Nous passons beaucoup de temps absorbés dans nos ruminations mentales, à cogiter sur notre passé, notre futur, nos regrets et nos peurs. Nous vivons ainsi hors de nous-mêmes et de l’instant présent, et entretenons cette déconnexion avec la réalité en nous plongeant dans les réseaux sociaux, la télévision, ou toute autre sorte de distraction mentale.

Si vous pensez à votre travail pendant que vous marchez dans la rue, si vous pensez à l’organisation de vos prochaines vacances alors vous êtes au restaurant avec un ami, ou encore si vous pensez à une dispute récente en prenant votre café le matin : alors vous n’êtes pas en pleine conscience.

Vivre en pleine conscience, c’est vivre le moment présent et arrêter de cogiter sur tout et n’importe quoi. Pour interrompre le flot de ses pensées, la pleine conscience consiste à porter attention à son corps, à ses sens et à son environnement extérieur. Pour ramener son esprit dans le moment présent, on va ainsi se focaliser sur notre respiration, observer les sensations physiques dans notre corps, observer un objet ou encore être attentif aux sons qui nous entourent.

La pleine conscience est ainsi une forme de méditation qui nous permet de ne pas perdre d’énergie en pensant au passé et au futur, et d’adoucir l’excitation mentale. Elle nous apprend à vivre dans la réalité, à modifier notre relation au monde et à nous même.

Appliquer la pleine conscience à notre alimentation va avoir plusieurs impacts bénéfiques :

Diminution du risque de surpoids ou d’obésité

Lorsque nous mangeons en regardant un écran ou en ruminant nos pensées, nous n’écoutons plus notre corps et les signaux de rassasiement qu’il nous envoie. Notre seuil de satiété est alors décalé, et la distinction entre l’envie de manger et la vraie faim devient compliqué, ce qui nous conduit généralement à manger davantage que ce dont nous avons réellement besoin.

Manger en plein conscience va à l’inverse permettre d’être à l’écoute des signaux de faim et de rassasiement et d’avoir des apports adaptés à nos besoins. On va ainsi réduire les quantités servies, avoir moins d’envies de grignotage.

Développement d’une préférence pour des aliments plus sains

Lors que l’on mange rapidement et sans même prêter attention à notre nourriture, on ne ressent plus le plaisir de manger, les aliments sont avalés sans préoccupation de leurs qualités nutritives et sensorielles. Or, lorsque l’on mange de manière impulsive sous l’effet des émotions et sans être à l’écoute de son corps, on est facilement attiré par des aliments gras, sucrés et salés.

La pleine conscience permet de retrouver une relation à l’alimentation apaisée et de redécouvrir le goût de certains aliments. Elle permet de prendre le temps d’apprécier la saveur des produits. En redécouvrant le plaisir des saveurs naturelles et en mangeant de manière plus attentive, nous ne ressentons plus le besoin de manger aussi gras, sucré et salé.

Augmentation du bien-être mental

La pleine conscience va permettre de lutter contre les pensées automatiques et l’impulsion. Elle va permettre d’observer ses ressentis dans le moment présent sans y porter de jugement et d’être à l’écoute de soi, et ainsi développer une meilleure acceptation de soi et de son corps. Ne penser qu’au moment présent et à son ressenti pendant le repas permet aussi de reposer l’esprit et ainsi de réduire le stress et l’anxiété. La pleine conscience peut notamment avoir des effets bénéfiques sur la dépression.

En prenant soin de soi et de son alimentation, on développe une vision plus équilibrée de la réalité. On développe de la gratitude envers nous-mêmes et envers les autres, on apprend à apprécier ce que l’on a, et cela contribue à nous rendre plus heureux.

Comment faire ?
  • Respirer profondément avant chaque repas : prendre plusieurs grandes inspirations et expirations, en se concentrant sur le mouvement de la respiration dans votre corps
  • Manger lentement : prendre le temps de mastiquer et de mâcher au moins 10 fois chaque bouchée et déposer ses couverts entre deux bouchées
  • Écouter ses besoins : faire une pause au cours du repas pour écouter son estomac et reconnaître le moment où il est suffisamment rempli. Ne pas se forcer à finir son assiette
  • Supprimer les distractions : éteindre la télé et la radio, éviter de regarder son téléphone en mangeant, et se concentrer simplement sur le repas
  • Se focaliser sur ses sens : prendre le temps d’observer ce qu’on mange, de sentir l’odeur des aliments, d’identifier la texture (croquant, fondant, moelleux) et de ressentir les saveurs
  • Faire un repas en silence de temps en temps : seul ou à plusieurs, cela peut sembler étranger, car nous ressentons souvent le besoin de combler le silence. Or, le silence total est une aide précieuse pour se focaliser sur ses sens
  • Éviter les plats industriels et les produits trop transformés, qui sont très gras, sucrés, et salés, et qui perturbent les sens
  • Créer un lien avec ses partenaires : prêter une attention soutenue aux discussions avec vos partenaires de repas, prendre le temps de bien les écouter